Noémie ROCHER

  • prt_400x577_1516959476
  • 3Q9H1844_1000
  • TBL4_1000
  • The-damned-dim-130x195_1000
  • vendu_800

Suite à un évènement traumatique, l'accident cardiaque d'un proche, Noémie commence à peindre toute une série de toiles inspirées du rythme cardiaque et qui donnent naissance à des paysages métaphoriques tantôt calmes et tantôt tourmentés . Ce sont ses propres battements de coeur qu'elle donne ainsi à découvrir, ces mouvements de son âme que sa grande pudeur cache habituellement... Cependant, sensibilisée à la fragilité intrinsèque de l'Homme elle s'intéresse alors à l'organe coeur , le premier des organes à entrer en fonctionnement mais aussi le dernier à cesser son activité : ce n'est que lorsqu'il cesse de battre que la mort est avérée. Par son double mouvement (systole et diastole), il incarne la dialectique de la vie et de la mort ; ainsi les petits crânes qui émaillent les différentes toiles de Noémie conjuguent la mort aux couleurs de la vie : rouges incandescents (passions et sexualité) , bleus minéraux (air et souffle) , noirs de braise (chaleur intense , minéralité , éléments fondamentaux) , verts d'eau (Chakra du coeur) ... On ne sait dès lors qui de la mort ou de la vie précède l'autre, la représentation naïve des crânes jetant une douce pondération sur nos frayeurs primitives et vouant aux flammes nos vanités ! Il est animé d'une pulsation primordiale condamnée à cesser mais relayée par d'autres coeurs . L'unisson des coeurs est un battement perpétuel ! La somme des coeurs de Noémie est portée par un élan de conjuration de la fatalité. Chacun de ses coeur est individué , cosubstantiel à un sillon syncrétique et diachronique : la présence récurrente de l'échelle semble tendre un passage entre deux états . Mais c'est une échelle dont les limites floues s'originent de part et d'autre dans les limbes, elle devient alors évolution permanente, renouveau, possible métempsycose, etc... Enfin, chaque oeuvre postule une transcendance, célébrée tant par leur beauté formelle que par le souffle de leur auteur mu par un irrépressible jaillissement: l'abréaction d'un artiste peintre: Noémie Rocher .

 

Comments are closed.