Etienne Gros – Interview

Galerie A. Bard : A quel moment as-tu senti que tu deviendrais Peintre?
Etienne Gros : Cela a été progressif, mais j'ai un premier souvenir, quand vers l’âge de 12 ans, le mercredi après-midi je participais à une émission sur France musique qui consistait à faire un dessin d'après un extrait d'une musique classique diffusée. Le mercredi suivant en début d'émission étaient offerts des cadeaux aux 3 meilleurs dessins du mercredi précédent. Je me souviens avoir eu la fierté enfantine de recevoir le premier prix sur l'ensemble des émissions en fin d'année et gagner un beau poste de radio. Hormis ce prix, je prenais un grand plaisir, de découvrir le dessin, la couleur et la part d'imaginaire que cet exercice permettait et depuis je n'ai jamais cessé de dessiner et de peindre. A 17 ans je prenais des cours du soir pendant ma scolarité et je suis rentré aux Beaux-Arts après le baccalauréat.

 
 

A B : Quels sont tes rituels dans ton atelier, avant de te mettre au travail ?
E G : J'aime l'énergie matinale, et après avoir pris mon café et inspecté l'ambiance métrologique dans mon jardin, je me mets rapidement au travail dans le silence ou avec un fond musical. 

 
 

A B : Quelle est l’inspiration de tes créations ?
E G : La puissance des grands sculpteurs, comme Le Bernin, Michel-Ange et Rodin, la couleur d'un Bonnard, la lumière d'un Caravage, la douceur d'un Ingres, la manière des fresques pariétales à faire parler la roche, les plis des corps, la douceur de la peau et l'amour.

 
 

A B : Quel message transmets-tu à travers tes toiles ?
E G : Je recherche dans la peinture la puissance d’une présence, plutôt que la représentation d’une réalité et à l'inverse de ce qu'il se passe aujourd’hui mes toiles figurent la tentative d'un rapprochement physique en opposition à une distanciation physique.

 
 

A B : Partant sur une ile déserte, avec quel mentor aimerais-tu partir, et pourquoi ?
E G : Avec un astronome pour me raconter le ciel et mieux comprendre notre existence dans cet univers infini.

 
 

A B : As-tu une anecdote à nous livrer ?
E G : Un jour j'ai rencontré un ancien collectionneur qui avait fait l'acquisition de mes tableaux. Il m'a proposé de les revoir dans son appartement. En arrivant chez lui j'ai vu que l'un d'entre eux avait été accroché dans le mauvais sens. Un peu gêné, je lui fais savoir et l'ayant retourné il semblait plutôt satisfait de cette nouvelle lecture comme s'il paraissait nouveau. Chacun a son propre regard!

Corps solaire – 100 x 100 cm

Fumée – 50 x 32 cm