Marc ANSELMI Interview

La rencontre avec Marc Anselmi c’est faite par l’observation des réseaux sociaux, comme quoi ! Et plus particulièrement par Instagram, son travail m’a interpelé immédiatement par son extravagance et son originalité.

A quel moment as-tu senti que tu deviendrais ( Peintre, Sculpteur, Photographe ) ?
Marc Anselmi : Durant mon enfance, je disposais d'une pièce abandonnée où j'avais la possibilité de peindre, de dessiner sur les murs, d'en retirer le vieux papier peint déja couvert de mes dessins, pour tracer sur le plâtre de nouvelles figures.
Je n'ai jamais cessé depuis de chercher la liberté joyeuse de ces moments.
Quand j'ai réalisé, plus tard, que cela pouvait devenir un metier, je m'y suis naturellement engagé.

 

A B : Quels sont tes rituels dans ton atelier, avant de te mettre au travail ?
M A : Quand j'arrive à l'atelier, mon premier réflexe est d'en faire le tour, de regarder le travail de la veille, de respirer l'odeur de l'huile, des solvants, de vérifier la lumière.
Je me change ensuite et revêtir mes "habits de peinture" n'est pas anecdotique, cela me fait entrer dans la "peau" de ma pratique.
Mon costume de lumières.
Quand le parfum du café flotte sur la palette, alors je peux commencer...

 

Marc Anselmi The Great NDG

 

A B : Quelle est l’inspiration de tes créations ?
M A : J'ai grandi aux marges d'une grande ville, dans un paysage citadin concentré mais que bordait une campagne immediatement accessible.
Cette confrontation, cette promiscuité entre un univers urbain dur et une nature meditérranéenne forte, a nourri mon inspiration.
La litterature a par la suite irrigué de recits, de mythologies et de personnages, mon univers où se pénétrent mythes collectifs et histoire personnelle.
A B : Quel message transmets-tu à travers tes toiles ?
M A : Plus qu'un message, j'aimerais que mon travail soit le reflet d'un regard libre, de représentations qui incitent au melange des genres, au depassement des assignations, aux cloisonnements de tous ordres. Le flux des images, leur juxtaposition, proposent un panorama ouvert ou chacun peut projeter ses propres récits, ses propres désirs.

 

A B : Partant sur une ile déserte, avec quel mentor aimerais-tu partir, et pourquoi ?
M A : Je partirais sans doute avec un poête antique, Homère, qui me conterait un autre voyage. L'Odyssée me ferait parcourir d'autres îles, aborder d'autres terres, rencontrer d'autres peuples d'hommes et de dieux.
Regarder le monde autrement et le representer.

 

Marc Anselmi Accomplishement

 

A B : As-tu une anecdote à nous livrer ?
M A: Alors que j'occupais un rude atelier de beton et de tôles, dans un quartier alors en chantier à Paris, un soir un grand ami m'a amené un collectionneur
inattendu, Rudolf Nureev.
Dans ce paysage qui lui rappelait le Bronx, il aimé l'atelier et voulu acquerir une toile. Il m'a proposé de réaliser des fresques pour son appartement de New York et sa maison de Saint Barthelemy . Moment magique d'une brève rencontre, sa disparition aura suspendu notre projet.

 

Marc Anselmi March Hare